Ainsi, « Engie (mandataire) en partenariat avec Thales vont piloter ce projet pour la partie conception et réalisation des infrastructures et systèmes du TER », ont confirmé les deux groupes français après l’annonce faite par l’Apix, l’Agence sénégalaise pour la promotion de l’investissement et des grands travaux.

Le montant du contrat signé avec l’État du Sénégal s’élève à 225 millions d’euros (148 milliards de Francs CFA).

La durée des travaux est estimée à 26 mois pour la première partie reliant Dakar à Diamniadio (36 kilomètres). La seconde partie reliant Diamniadio à l’aéroport international, soit 19 kilomètres, nécessitera 15 mois de travaux. En réalité, « les études et travaux viennent de débuter pour une mise en service de la première partie du parcours prévue fin 2018« , précisent les deux groupes français.

15 TER hybrides pour Alstom

L’État du Sénégal via l’Apix a également signé avec Alstom un autre contrat « pour la fourniture de 15 trains » à moteur hybride (diesel et électrique). Le montant du marché n’est pas encore connu, mais devrait l’être lorsqu’Alstom l’aura officialisé. Pour le constructeur, c’est en tout cas davantage que la douzaine de trains prévus à l’origine. A priori, ce contrat devrait fournir du travail à l’usine Alstom de Reichshoffen. Les rames pourront circuler à 160 km/h.

Enfin, concernant l’exploitation et l’entretien des trains, c’est à un duo formé par la SNCF et la RATP que le marché doit revenir. Mais la conclusion de ce contrat, pour lequel les deux Français manifestent un certain empressement, n’est pas encore ficelée.

A LIRE >>  La Guinée remporte une victoire devant le Cirdi

Ce Train express régional (TER) vise à désengorger Dakar, une agglomération de quelque 3 millions d’habitants – près du quart de la population globale – confrontée à des problèmes de circulation en raison d’embouteillages au quotidien.

Sa construction s’inscrit, selon les autorités, dans le cadre du « Plan Sénégal Emergent », un plan de développement lancé par le président Macky Sall en 2014 pour faire du Sénégal un pays émergent à l’horizon 2035.

« Aujourd’hui, notre pays franchit en vitesse une étape significative de sa marche résolue vers l’émergence« , a déclaré le président sénégalais qui a donné « rendez-vous le lundi 14 janvier 2019 pour l’inauguration » du TER.

Avec AFP