Meilleure Vente n° 1
Fire TV Stick 4K Ultra HD avec télécommande vocale Alexa...
  • Le plus puissant des sticks lecteurs multimedia en streaming, avec une nouvelle...

Le président rwandais Paul Kagame s’est inquiété de la situation au Burundi voisin, englué depuis six mois dans une grave crise politique, accusant ses dirigeants de « massacrer » du « matin au soir » leur population, dans un discours prononcé vendredi dont l’AFP a eu connaissance dimanche.

« Les gens meurent tous les jours, les cadavres jonchent les rues (…) Comment des dirigeants peuvent-ils s’autoriser à massacrer leur population du matin au soir ? », a déclaré M. Kagame lors de ce discours prononcé à l’occasion d’un dîner de remise de prix de l’Unity Club à Kigali.

M. Kagame s’exprimait 24 heures avant l’expiration de l’ultimatum lancé par le président burundais Pierre Nkurunziza à ses opposants pour qu’ils déposent les armes, et alors que les relations entre les deux pays voisins sont au plus bas.

Bujumbura accuse Kigali de soutenir ses opposants, voire de servir de base arrière à une rébellion naissante.

Le Rwanda s’inquiète du retour depuis plusieurs mois d’une possible présence de rebelles hutu des FDLR au Burundi, dont certains membres sont accusés d’avoir activement pris part au génocide au Rwanda en 1994 et d’éventuels massacres ethniques à grande échelle chez son voisin.

Les violences au Burundi inquiètent fortement la communauté internationale – dont Washington et l’ONU – qui redoute des violences ethniques à grande échelle, provoquées par les propos « incendiaires » du camp du président Pierre Nkurunziza, désireux de mettre fin à la contestation agitant son pays.

En outre, le président rwandais a estimé que la situation au Burundi « rappelle un peu celle qui a prévalu ici » au Rwanda en 1994 lors du génocide, qui en à peine 100 jours à partir d’avril 1994 a fait environ 800.000 morts essentiellement parmi la minorité tutsi.

« Ils (les Burundais) auraient dû tirer les leçons de ce qui s’est passé ici, » a-t-il déclaré. Il a également vivement critiqué son homologue burundais, Pierre Nkurunziza qui selon lui « s’enferme » et « se cache ».

« Personne ne peut l’atteindre pour lui parler, comment peut-il prétendre diriger le pays ? », a-t-il critiqué. « Les dirigeants du Burundi se targuent d’être des hommes de Dieu, certains sont même pasteurs », a poursuivi M. Kagame.

Le président burundais est pasteur évangéliste convaincu d’être au pouvoir de par la « volonté divine ».

« Mais en quel Dieu croient-ils? (…) Y-a-t il un endroit dans la Bible où les dirigeants sont appelés à massacrer leur peuple? », a ajouté le président rwandais.

Paul Kagame faisait allusion aux accusations d’ingérence pesant sur le Rwanda et renvoyé le Burundi à ses propres problèmes : « Ce sont les Burundais eux mêmes qui sont responsables de leur situation », évoquant « ces mauvais dirigeants qui font du mal à leur peuple ».

AFP

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook


Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !

A LIRE >>  Actualité Africaines du 21 janvier 2016
conakrylemag
Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Le Nigeria vainqueur de la Coupe du monde U-17 face au Mali

Previous article

Finale Mondiale U-17 : le Nigéria meilleure que le Mali

Next article

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like

More in Afrique