L’escrimeuse française la plus titrée de l’histoire a été nommée ce mercredi ministre des Sports du gouvernement d’Edouard Philippe.

0 23
Rate this post

L’escrimeuse française la plus titrée de l’histoire a été nommée ce mercredi ministre des Sports du gouvernement d’Edouard Philippe.

C’est la surprise du chef d’Emmanuel Macron. Celle que l’on n’avait pas vu venir. L’ex-championne d’escrime Laura Flessel a été nommée, mercredi, ministre des Sports du gouvernement d’Edouard Philippe. A 45 ans, l’escrimeuse française la plus décorée de l’histoire fait une entrée remarquée dans le monde politique, qu’elle n’avait jusqu’ici touchée que de la pointe de l’épée.

 

 

Laura Flessel est une habituée des ascensions fulgurantes. Venue à l’escrime dès ses six ans, elle suit avec attention l’épopée victorieuse du sabreur Jean-François Lamour, médaillé d’or en 1984 à Los Angeles. Révélée en 1990, à 19 ans, par une double victoire aux championnats panaméricains, au fleuret et à l’épée, elle explose aux yeux du monde en 1995 avec une médaille de bronze aux championnats du monde.

 

Une fin de carrière à la tête de la délégation française

 

La suite n’est qu’une longue succession de victoires. Aux JO d’Atlanta, en 1996, «la Guêpe», comme elle est surnommée pour sa rapidité à piquer l’adversaire, s’offre à 25 ans l’or en individuel et par équipe. Au cours des seize années suivantes, elle ajoute six titres de championne du monde et un titre de championne d’Europe.

 

 

 - (AFP/Menahem Kahana)

 

Sa quête d’une nouvelle médaille d’or olympique, elle, restera vaine. En 2000, à Sydney, elle remporte le bronze par équipe. Suspendue pour trois mois en 2002 après un contrôle antidopage positif (le responsable médical de la Fédération française d’escrime, Dominique Poux, a souligné qu’un jeune assistant avait acheté des pastilles de glucose interdites dans une pharmacie car le médicament au glucose habituellement utilisé par l’équipe et autorisé n’était pas disponible), elle retente sa chance en 2004, à Athènes. Elle y échoue en finale de l’individuel, médaillée d’argent, puis en demi-finale de l’épreuve par équipe, remportant une nouvelle fois du bronze. En 2012, à 40 ans, elle raccroche ses armes à l’issue des Jeux de Londres, où elle désignée porte-drapeau de la délégation française pour les cérémonies d’ouverture et de clôture.

A LIRE >>  L'arrestation de Diendéré ''est une question d'heures'', selon le PM burkinabè

 

Une reconversion en télé

 

Sa reconversion l’amène vers la télévision. Elle y apparaît d’abord brièvement sur la scène de «Danse avec les Stars» aux côtés du danseur Grégoire Lyonnet puis tourne, en 2015, dans un épisode de la mini-série «Nos chers voisins» sur TF1. A l’été 2016, elle devient consultante de Canal + pour les JO de Rio, où elle entraîne également une épéiste brésilienne, Nathalie Moellhausen, éliminée en quart de finale par la Française Lauren Rembi. Début avril, elle avait pris les commandes d’une série d’émissions documentaires, intitulée «Ils font la France», pour la chaîne Numéro 23.

 

Engagée auprès de multiples associations et ONG (elle est notamment marraine de Handicap International), Laura Flessel touche une première fois aux responsabilités politiques au sein du Conseil économique, social et environnemental (CESE) en 2010. Trois ans plus tard, elle est nommée membre du tout nouveau Conseil national du sport, en charge de la concertation sur le projet de loi d’orientation sur le sport.

 

Le 3 mai 2017, au cours de l’entre-deux tours de la présidentielle, elle signe avec une soixantaine de sportifs et anciens sportifs, un appel à voter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen. Deux semaines plus tard, elle devient ministre.

  leparisien.fr

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager le sur Facebook ou Twitter Google+.


Leave A Reply

Your email address will not be published.