#Ramadan : Le poisson se fait rare sur la table des Marocains
Poisson marocain
Poisson marocain

#Ramadan : Le poisson se fait rare sur la table des Marocains

En ce mois de Ramadan, le poisson se fait rare sur les tables des Marocains. Et pour cause, la flambée astronomique des prix de ce produit halieutique, sachant que le Royaume dispose de 3.500 km de littoral.
Chose est sûre en ce début du mois sacré, les prix de plusieurs variétés de poisson ont doublé, voire même triplé. Sur la base d’une visite de terrain effectuée par APA au niveau de plusieurs points de vente à Rabat, Salé et Casablanca, les prix du poisson ont augmenté de 100 à 150% en l’espace de ces deux dernières semaines.

Ainsi, si les sardines se négocient entre 20 et 25 DH (1 euro = 10.889) le kilo, les crevettes affichent jusqu’à 180 DH le kilo. Entre ces deux extrêmes, toutes les autres variétés s’inscrivent à la hausse: le calamar est à 160 DH, la sole et le merlan à quasiment 100 DH, la courbine et le congre sont écoulés respectivement à 90 et 80 DH le kilo.

Selon les professionnels du secteur, cette montée vertigineuse des prix du poisson est attribuable à la spéculation et la multiplication des intermédiaires entre l’amont et l’aval du circuit de vente, ce qui gonfle excessivement le prix du poisson avant son arrivée chez le détaillant.

En effet, l’achat du poisson chez le mareyeur est monopolisé par une poignée de revendeurs qui le stockent d’abord, avant de le céder, en réalisant une marge bénéficiaire conséquente, à des intermédiaires. Ce sont ces derniers qui approvisionnent, in fine, les détaillants officiant dans les différents points de vente des marchés de poissons.

Ce jeu de spéculation, bien maîtrisé par ces intermédiaires, se fait au vu et au su des autorités publiques qui considèrent tout simplement que « c’est la loi de l’offre et de la demande qui a façonné les prix actuels du poisson ».

D’aucuns appellent avec insistance les responsables du secteur et les autorités publiques à intervenir pour fluidifier et simplifier le circuit de la vente des poissons, et en éliminer particulièrement tous les intermédiaires spéculateurs.

En attendant, les consommateurs se consolent avec du poisson surgelé, importé de Chine et vendu dans certains supermarchés. Il est moins frais, certes, mais beaucoup moins coûteux.

 

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Siaka Barry et Ousmane Sonko

Siaka Barry apporte son soutien à Ousmane Sonko

MON SOUTIEN TOTAL AU PRÉSIDENT OUSMANE SONKO : Cher frère et ami Sonko, En ces …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.