Temps de lecture : 5 minutes
5.0
01

Sidya Touré : « La Guinée est dans le même état que la Centrafrique, la guerre en moins »

Alors que le président Alpha Condé, au pouvoir en Guinée depuis 2010, laisse planer le doute sur sa candidature à un éventuel troisième mandat, l’opposant Sidya Touré dresse un sombre bilan de l’état de son pays, aussi bien sur le plan économique que de la gouvernance. Aux côtés de partis d’opposition et d’organisations de la société civile, il appelle le chef de l’Etat à renoncer à se représenter en 2020.

La Guinée n’a jamais attiré autant d’investisseurs étrangers, notamment dans le secteur minier. Est-ce le signe de la bonne santé économique du pays ?

Sidya Touré Non, la Guinée marche sur la tête. Neuf ans après l’arrivée au pouvoir d’Alpha Condé, 3 milliards de dollars [environ 2,7 milliards d’euros] ont été dépensés pour la production d’énergie, et pourtant pas une seule ville ne dispose d’électricité 24 heures sur 24, y compris la capitale, Conakry. La Guinée est devenue le deuxième exportateur mondial de bauxite, mais dans le budget 2019 les recettes intérieures diminuent de 11,5 %. Situation curieuse, non ? Cela aurait dû rapporter de l’argent, mais on ne le voit pas, on le cherche.

Lire aussi En Guinée, le boom de la bauxite laisse un goût amer aux paysans
Où est passé cet argent ?

Corruption ! C’est la seule explication au fait qu’en neuf années, pas une université n’a été construite, pas un hôpital, pas même cent logements sociaux, pas un seul échangeur routier à Conakry… Tout est dégradé. Il y a un système en place qui ponctionne l’argent public. J’attends qu’on me prouve le contraire.

« Le secteur minier ne nous mènera nulle part si l’argent disparaît en route. »

A LIRE >>  Donec nec justo eget felis facilisis fermentum. Aliquam porttitor mauris sit amet orci.

Nous avons la chance d’avoir des ressources minières. Ce que je déplore, c’est la cadence folle d’attribution des permis miniers, sans transparence ni prise en compte de l’impact environnemental. Les compagnies minières s’acquittent de leurs taxes, mais nous ne les voyons pas dans le budget. Le secteur minier ne nous mènera nulle part si l’argent disparaît en route. Il faut investir ces recettes dans l’agriculture, les infrastructures, et créer des biens communs.

S’il y a des malversations, n’est-il pas de la responsabilité des élus de l’opposition de demander des commissions d’enquête ?

On le fait, mais les commissions n’aboutissent à rien. On a demandé une enquête sur l’attribution du port de Conakry, sur les conventions minières, mais ça n’aboutit pas parce que les institutions ont été appauvries au profit de l’institution présidentielle.

Après l’arrivée d’Alpha Condé, en 2010, nous avons dû manifester pendant trois ans pour obtenir l’organisation d’élections législatives et pendant sept ans et demi pour avoir des élections locales. Et tous ces scrutins, depuis le premier en 2010, ont été frauduleux.

Parallèlement, les différents dialogues politiques organisés avec le pouvoir n’ont mené à rien. Il y en a eu plusieurs. Un jour on signe un document, le lendemain le pouvoir recommence comme si de rien n’était. Le plus grave, c’est que tout cela déstructure l’Etat. Plus personne ne croit plus en rien.

Lire aussi Guinée : Alpha Condé laisse une nouvelle fois planer le doute sur un troisième mandat
Pour expliquer les difficultés de la Guinée, le président rappelle qu’il a hérité d’un pays, pas d’un Etat…

En neuf ans, on a largement le temps de tout reconstruire, y compris dans des pays qui ont connu la guerre. Le président Lansana Conté avait laissé des institutions, autorisé les partis politiques, changé la monnaie, créé l’Assemblée nationale, les radios libres, la Cour suprême…

A LIRE >>  INIDH COMMUNIQUE : les citoyens ne doivent pas payer pour les dysfonctionnements de l’Etat

Ce qui n’a pas empêché le coup d’Etat du capitaine Moussa Dadis Camara à la mort de Lansana Conté, en 2008….

« Il n’y a aucune vision, aucun leadership pour conduire le pays quelque part. »

Certes, mais depuis, aucune modification qualitative n’a été apportée à ce qui constitue la voûte de l’Etat. Au contraire, il y a une centralisation à outrance des services au niveau de la présidence, surtout ceux qui ont de l’importance en matière financière. Les institutions avaient été créées, elles devaient être renforcées, Alpha Condé les a affaiblies. Résultat : nous sommes le pays le plus en retard d’Afrique de l’Ouest. Nous sommes dans le même état que la Centrafrique, sauf qu’ici il n’y a pas la guerre et il n’y en a pas eu. Le problème est qu’il n’y a pas de leadership pour conduire le pays quelque part. Il n’y a aucune vision !

Lire aussi Guinée : l’opposition coalisée contre un troisième mandat du président Alpha Condé
Comment changer les choses ?

Il n’y a rien à inventer par rapport à ce qui se fait ailleurs pour instaurer une gouvernance vertueuse dans un Etat organisé. Nous avons perdu beaucoup de temps. A ce jour, il n’y a pas d’Etat, pas d’administration, pas de leadership… La réalité est basique : rien ne fonctionne.

Le pouvoir estime que le changement passe par une modification de l’actuelle Constitution, adoptée lors d’une période de transition politique. Pourquoi vous y opposez-vous ?

Pourquoi la modifier maintenant, alors qu’il aurait pu le faire dès 2011, si ce n’est pour se maintenir au pouvoir ? Pourquoi avoir attendu ? Ça n’a pas beaucoup de sens. Il faut tout d’abord et avant tout éviter qu’Alpha Condé brigue un troisième mandat [l’actuelle Constitution limite à deux le nombre de mandats]. Il faut organiser une élection présidentielle libre et transparente, sans lui ni son système.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Guinée, la mine d’or de Nordgold empoisonne la vie des habitants
Le pouvoir dit que c’est à la population de décider, au besoin par référendum.

A LIRE >>  Alpha Condé trahi une fois de plus nos valeurs humanistes

Nous nous y opposerons. C’est dans ce sens que nous venons de créer le Front national pour la défense de la Constitution, qui associe des partis politiques et des organisations de la société civile. Il s’agit de défendre la volonté de 12 millions de Guinéens contre celle d’un seul homme qui ne nous a rien apporté. L’avenir politique des leaders de partis et l’avenir politique de toute la Guinée dépendent de cela : non au troisième mandat.

Ne craignez-vous pas que cette contestation entraîne des morts ?

J’estime que c’est une lutte qui mérite d’être menée. C’est lui contre le peuple de Guinée.

Il y a eu près de 100 morts dans le cadre de ces manifestations depuis 2010. Les gens ne sont-ils pas lassés ?

« Nos manifestations sont pacifiques, pourquoi leur tirer dessus ? »

Il ne s’agit pas d’envoyer de la chair à canon. Ce sont des manifestations pacifiques, pourquoi leur tirer dessus ? Rappelons qu’il s’agit seulement d’une fin de mandat à respecter, avec une transition démocratique qui se fasse dans le calme.

Vous sentez-vous soutenus par la communauté internationale ?

On ne peut pas dire que la Guinée attire particulièrement l’attention. Il y a des raisons évidentes. Prenons la France, avec laquelle nous entretenons des relations, disons, privilégiées. Elle n’a pas autant d’intérêts économiques en Guinée que dans les pays limitrophes. Nous ne sommes pas un pôle économique, nous avons donc moins de visibilité que le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou le Mali. Ce que l’on entend, notamment lorsque le président Macron rappelle un certain nombre de principes démocratiques, va dans le bon sens. Mais il appartient aux Guinéens de gérer et régler leurs affaires.

Christophe Châtelot

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.