Les perles de sankara

Je suis au fond de mon lit avec mon vieux transistor. Je feuillette un vieux numéro de Playboy du mec qui a cassé la pipe hier.

0
Abdoulaye Sankara
Abdoulaye Sankara

Tonnerre de brest, comme dirait l’ami de Gadry Cissé, cette semaine, j’ai pas envie de causer. Je suis mal en point, incroyablement malade. J’ai peu de tout… Des restes de gueule de bois d’hier, des reliquats de diarrhée d’avant-hier, un peu de palu de ce foutu hivernage et une arrête de carpe coincée au fond du gosier. Je suis au fond de mon lit avec mon vieux transistor. Je feuillette un vieux numéro de Playboy du mec qui a cassé la pipe hier. Je me soigne comme ça. J’attends que ça passe. Et ne comptez pas sur moi pour sortir !

Aller me faire soigner? Je suis pas dingue. Avec le froid d’hivernage qu’il fait, je risque de prendre la grippe, sitôt le nez dehors. Avec le vent qui souffle et la chance que j’ai en ce moment, je pourrais choper la méningite cadeau. Et puis, en traversant le goudron, il y aura sûrement un taximètre hargneux pour venir briser mes os. En rentrant chez moi, des bandits profiteront certainement de ma faiblesse momentanée pour me faire bien et correctement.

Je suis au lit et j’y reste. D’ailleurs, je préfère mourir au plumard plutôt qu’au fond d’un lugubre carrefour plein de poussière et de chèvres anémiées.

A LIRE >>  Et mon mari a intérêt à préparer cinquante litres de bissap

Et puis où aller se faire soigner dans ce pays ?! Ça, c’est une vraie question.
Si j’arrive vivant jusqu’à Donka, ils me couperont une jambe.
Si je ressors de Donka sur mes deux pattes pour aller au CMC de Taouyah, les médicaments seront finis et il faudra repasser la semaine prochaine.

Si je vais à la clinique Pasteur, même avec l’aide de docteur vérité, je serais encore obligé d’emprunter de l’argent que je ne pourrais jamais rembourser, même avec l’aide du FMI.
Je n’ose pas aller à la clinique Sino-guinéenne où on massacre les journalistes. Si je vais à l’Unicef, ils diront que je ne suis pas Sierra-Léonais et que je peux me rhabiller.

Si je vais à la Croix-Rouge, ils diront que je suis pas très catholique. Au Croissant Vert, ma barbe ne sera pas assez longue. A l’hôpital pédiatrique de Hamdallaye, je risque de me faire draguer par docteur Sow et je ne veux pas de problème avec son mari. A l’ambassade de France, mon visa sera expiré.

Il me reste bien mon médecin chinois mais je suis en froid avec lui depuis qu’il a bouffé mon chien. Alors, je reste calé au fond de mon lit. C’est encore là que l’on court le moins de risques à Conakry. Et surtout la santé!

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Devenez adhérent·e de notre média. Par Orange Money au 620 17 89 30

conakrylemag
Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Cher Monsieur Donald Trump

Previous article

ONAP : Le groupe Total fait son entrée dans l’exploration du pétrole en Guinée

Next article

Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You may also like