Une pénurie mondiale de préservatifs se profile, selon le plus grand producteur mondial, après que la lutte au coronavirus
Une pénurie mondiale de préservatifs se profile, selon le plus grand producteur mondial, après que la lutte au coronavirus

Une pénurie mondiale de préservatifs se profile, selon le plus grand producteur mondial, après que la lutte au coronavirus

KUALA LUMPUR – Une pénurie mondiale de préservatifs se profile, selon le plus grand producteur du monde, après qu’un blocage de coronavirus l’a contraint à arrêter la production.

La Malaisie Karex Bhd fabrique un préservatif sur cinq dans le monde. Il n’a pas produit un seul préservatif depuis ses trois usines malaisiennes depuis plus d’une semaine en raison d’un blocage imposé par le gouvernement pour stopper la propagation du virus.

C’est déjà un manque de 100 millions de préservatifs, normalement commercialisés à l’échelle internationale par des marques telles que Durex, fournis aux systèmes de santé publics tels que le NHS britannique ou distribués par des programmes d’aide tels que le Fonds des Nations Unies pour la population.

Vendredi, l’entreprise a été autorisée à reprendre la production, mais avec seulement 50% de ses effectifs, en vertu d’une exemption spéciale pour les industries critiques.

“Il faudra du temps pour relancer les usines et nous aurons du mal à répondre à la demande à moitié de sa capacité”, a déclaré à Reuters le PDG Goh Miah Kiat.

«Nous allons voir une pénurie mondiale de préservatifs partout, ce qui va être effrayant», a-t-il déclaré. «Ma préoccupation est que pour de nombreux programmes humanitaires au plus profond de l’Afrique, la pénurie ne sera pas seulement de deux semaines ou d’un mois. Cette pénurie peut durer des mois. »

La Malaisie est le pays le plus touché de l’Asie du Sud-Est, avec 2 161 infections à coronavirus et 26 décès. Le verrouillage devrait rester en place au moins jusqu’au 14 avril.

Les autres principaux pays producteurs de préservatifs sont la Chine, où le coronavirus est originaire et a entraîné des fermetures d’usines généralisées, et l’Inde et la Thaïlande, qui ne connaissent que des infections en hausse.

Les fabricants d’autres articles essentiels comme les gants médicaux ont également fait face à un hoquet dans leurs opérations en Malaisie.

Dans des commentaires envoyés par courrier électronique, un porte-parole de Durex a déclaré que les opérations se poursuivaient normalement et que la société ne connaissait aucune pénurie d’approvisionnement. «Pour nos consommateurs, dont beaucoup ne pourront pas accéder aux magasins, nos boutiques en ligne Durex restent ouvertes.»

“La bonne chose est que la demande de préservatifs est toujours très forte car que cela plaise ou non, c’est toujours essentiel d’avoir”, a déclaré Goh. «Étant donné qu’à l’heure actuelle, les gens ne prévoient probablement pas d’avoir d’enfants. Ce n’est pas le moment, avec autant d’incertitude. “

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Mamoud Diallo

Un sans-papier sauve plusieurs vies à Autrans en s’interposant lors d’une agression à l’arme blanche

Un cuisinier a été pris de folie mardi à Autrans (Isère) dans un centre de …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !