Vers la suppression du poste de Chef de file de l'opposition en Guinée ?
Habib Marouane Dinguiraye

Vers la suppression du poste de Chef de file de l’opposition en Guinée ?

Ça se murmure dans les grands couloirs de décisions. Tout porte à croire que la future Assemblée Nationale pourrait ne pas connaître la présence d’un Chef file en son sein.

Des gros bonnets de la mouvance ont décidé de sa suppression pure et simple pour éviter à l’État des dépenses inutiles mais surtout à ne pas financer un adversaire politique.
La première expérience avec Cellou Dalein a été à la fois, un remord et un regret pour le parti au pouvoir, même si la loi sur le Chef de file avait été votée à la majorité des députés présents au cours de la législature sortante.
A un moment donné même, le patron de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale avait émis le souhait de son retrait des lois du pays.
Aujourd’hui avec l’absence de la vraie et réelle opposition au futur parlement accouché par sélection, l’occasion sera mise à profit pour retirer la loi sur le Chef de file.
Bien que plusieurs observateurs avaient jugé inopportun le poste de Chef de file lors de son adoption, son vote n’a souffert d’aucune contestation majeure à l’intérieur du parlement.
D’origine anglo-saxonne, le poste de chef de file a plusieurs avantages : le passeport diplomatique, un opposant salarié fixé par la loi, un véhicule de commandement, une garde rapprochée, il peut être consulté et investi de mission par le chef de l’État.
Selon la loi, pour être chef de file, il faut avoir le plus grand nombre de députés après la mouvance.
La maladresse de cette loi est que, dans un régime présidentiel bien organisé avec des institutions crédibles, un parti d’opposition peut avoir la majorité au parlement alors qu’il n’est pas au pouvoir. Et quelle appellation faudra-t-elle donnée au parti qui vient après surtout quand il est au pouvoir ?
Suffit-il d’avoir le plus grand nombre de députés après la mouvance pour occuper le Chef de file même si la file n’existe pas avec 2 ou 3 députés seulement?
Dans les autres pays, ce n’est pas l’ordre de préséance qui importe. Il faut confortablement être à la tête d’un puissant groupe parlementaire qui puisse influencer le cours des débats.
Attendons de voir !
Marouane Camara journaliste et éditorialiste politique
Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

A propos conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

A lire aussi

Urgent: Souleymane Condé et Roger Bamba viennent à peine d’être déférés à la maison Centrale

Urgent: Souleymane Condé et Roger Bamba viennent à peine d’être déférés à la maison Centrale …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



Avant que vous ne partiez... Soutenez une information de qualité au quotidien produite par une collaboration unique entre experts et journalistes. Soutenez notre média faite un don. Par Orange Money au 620 17 89 30. Merci !