Interview d’Elhadj Ousmane Baldé : jeune auteur, écrivain guinéen et qui se définit comme un poète par accident !

Interview d’Elhadj Ousmane Baldé : jeune auteur, écrivain guinéen et qui se définit comme un poète par accident !

Mode nuit
Temps de lecture : 6 minutes

Interview d’Elhadj Ousmane Baldé : jeune auteur, écrivain guinéen et qui se définit comme un poète par accident !

 

Bonjour à tous ! Elhadj Ousmane Baldé, jeune écrivain et poète guinéen vient de publier son nouveau recueil de poèmes intitulé Mots Pour Maux: #JeCogneParLesMots, nous offre son témoignage sur son expérience de jeune poète. Nous espérons que vous prendrez également un plaisir à lire cette entrevue.

Bonne lecture à vous.

 

 

*Conakrylemag.com : Depuis quand as-tu commencé à écrire et d’où te vient cette passion pour l’écriture ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

J’ai commencé à écrire y a longtemps. Vous savez écrire, au départ c’était juste un amusement. Mais au fur du temps, j’ai voulu partager mes écrits. Ma passion pour l’écriture est liée à cette hargne qui me brûle au fond dès que je vois un truc pas normal au tour. Quand je vois une chose pas nette. L’envie de dénoncer devient comme automatique.

 

*Conakrylemag.com : Etait-ce un rêve d’enfant, d’ado, ou bien est-ce que ça t’est un peu « tombé » dessus ? Ou alors tu souhaitais « seulement » écrire, rêver et coucher tes rêves sur le papier ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Je n’ai jamais rêvé d’être écrivain. Mon histoire d’écriture a commencé en ligne, précisément sur Facebook et plus récemment sur Twitter. Comme un amusement, j’ai voulu alimenté ma page virtuelle mais j’ai trouvé que les gens aimaient ce que je faisais. J’ai donc voulu aller au-delà du virtuel, mettre mes bouts d’écrits ensemble pour les rendre plus bons et ensuite les déposer à une maison. Pour moi, écrire, c’est rire. C’est crier. C’est en quelque sorte retranscrire la réalité. J’adore la retranscription quand surtout elle est versifiée.

 

*Conakrylemag.com : Pourquoi est-ce que tu t’es tournée vers la poésie ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

La poésie. Bon ! Je dirai que c’est elle qui s’est tournée vers moi. Car au début, j’étais dans les essais. Mais j’ai trouvé que c’est plus cool de dénoncer avec les vers. Parce que la poésie laisse planer un mythe. Les vers ne disent pas les choses comme les phrases le font.

 

*Conakrylemag.com : D’où te viennent toutes ces idées quand tu écris ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Mes idées viennent de partout. D’une mère qui se démerde, d’un père insoucieux. D’un programme scolaire bâclé. D’un artiste au talents immense qui n’arrive pas à avancer. D’un gouvernant corrompu. D’un amour mystérieux. De la perte d’une mère. Du manque de repères. D’une société désordonnée. Tout inspire l’artiste. Absolument tout ! Ce, parce qu’il ne voit jamais comme tout le monde. Il a toujours une pensée déréglée. Un mental dérangé. Il fouine quand l’autre regarde, il comprend quand l’autre s’entête. Bref, être artiste, c’est être différent. Même le sifflement du vent peut inspirer un poète. Le noir de la nuit, le comportement même d’un moustique. Le poète est cet artiste qui fourre le nez partout mais qui réexprime la réalité avec rythme et rime. Il peut rendre admirable une laideur. Il nous prête ses sens pour observer.

A LIRE >>  Black Panther: "enfin!", se réjouissent les spectateurs africains

 

*Conakrylemag.com : Et comment décris-tu ton style ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

 

Mon style, c’est la satire. Avec des mitrailleuses verbales, je tire. Mais tout le monde est content tant que ça attire. C’est un style d’écriture qui s’inspire de Sassine et de son filleul: Thiâ’nguel. Ma devise : je cogne par les mots. C’est-à-dire que ma plume est comme une réplique. À la place des maux, je place des mots. Je suis comme ce Charlatan qui souffle dans l’oreille d’un possédé des incantations pour le soigner. Sur un plateau, j’ai mes vers, je cogne les pervers, les pédophiles, les politiques corrompus, les amis hypocrites. En un mot, poétiquement, je raconte la vie. Des fois, je suis dur, des fois je suis doux mais je reste toujours très critique. Parce que j’ai envie que mon pays bouge, qu’il avance dans le bon sens…qu’il se développe. Pour cela, chacun devrait s’activer de son côté. Pour moi, j’enseigne et j’écris.

 

*Conakrylemag.com : Est-ce qu’il t’est arrivé d’aller dans les écoles parler de ta passion ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

A plusieurs reprises. Des écoles m’invitent pour des conférences, d’autres pour parler de mes écrits. Ça me soulage quand on me demande de parler de l’écriture ou quand on me prend pour un modèle. Bien que je sois loin d’être modèle. D’ailleurs, le milieu dans lequel je me sens le mieux est le milieu scolaire et universitaire.

 

*Conakrylemag.com : Tu sais ce que tu voudrais faire plus tard ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Je continuerai toujours à écrire mais même si j’étais un millionnaire, j’aimerai bien enseigner aussi. Enseigner et écrire sont comme des vices pour moi. Je ne peux plus m’en passer. Tout ce dont je rêve actuellement, c’est faire mon doctorat et revenir en Guinée pour de bon. Vu que j’ai déjà fait mes Masters.

 

A LIRE >>  Lancement officiel de l'événement FRIA ville du LIVRE ce jeudi 18 avril à Fria

*Conakrylemag.com : Toi qui est écrivain, t’arrive-t-il de lire d’autres auteurs guinéens ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Je lis beaucoup d’auteurs de chez nous. A chaque fois, je suis en face d’écrivains voulant être auteurs qui me passent leurs manuscrits/tapuscrits pour que je les lise. J’ai lu plusieurs manuscrits. Je trouve qu’il y a des talents en écritures dans ce pays mais qui sont dans l’ombre. Je trouve que d’une part, les talents pullulent et que les maisons d’éditions manquent et celles qui existent, surtout celles reconnues ne sont pas trop sérieuses. Y a un gros hic de ce côté.

 

*Conakrylemag.com : Est-ce qu’il y a un personnage auquel tu t’identifies, ou plusieurs ? Ou bien pas du tout ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Comme je l’ai dit plus haut. Mes sources sont nombreuses. Y a mon père qui m’inspire beaucoup. Il y a Soulay Thiâ’nguel qui a fait de ma plume ce qu’elle est aujourd’hui. Je veux dire que du côté artistique, c’est lui qui m’a fabriqué.

 

*Conakrylemag.com : Par toutes ces images, ces détails que tu nous partages à travers ce livre que tu viens de publier Mots Pour Maux, qu’as-tu voulu transmettre et faire ressentir à tes lecteurs ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

J’ai voulu proposer un bavardage rythmé à notre mal. Une sagesse poétique à notre bêtise commune. J’ai voulu donc par les mots soigner les maux. Ausculter le mal et sauver le patient. Je me suis donc pris pour un médecin afin d’éloigner mon peuple de ce dessin merdique qui sur lui fonce. Je me suis pris pour une cloche…pour un avertisseur. Pour celui qui montre les laideurs de la société afin qu’elles soient embellies. Mots pour Maux est donc une façon pour moi de participer au rayonnement de ma patrie. Parce qu’enfin « personne ne peux changer que c’est ici que je suis né. C’est ici que mon nombril est enterré.»  J’ai donc un devoir moral de faire quelque chose pour mon pays. Plus loin aussi, je magnifie les figures de luttes africaines. Je parle de moi quelque fois mais en parlant de moi, je parle de toi et de l’autre. Mes écrits puent le vécu. J’essaie d’être aussi réaliste que je puisse et par moment, je plonge dans une fiction. Je me dis que la fiction belle nous permet d’éviter la réalité vilaine.

 

*Conakrylemag.com : Et rêves-tu d’en écrire d’autres, de devenir un célèbre poète romancier ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Mots pour Maux est mon troisième ouvrage et le second recueil de poèmes. Je ne compte pas me limiter là. Je suis sur d’autres projets d’écritures. J’ai même fini au moment où on fait cette interview un recueil de poèmes et je suis sur un essai sur le féminisme en Guinée qui est scientifique, basé sur une recherche. Devenir célèbre, je veux bien. Dans l’écriture, je veux être une référence. C’est pourquoi, je bosse dur.

A LIRE >>  La Culture guinéenne en deuil suite à la disparition physique du grand maître de la Kora Elhadj M'Bady Kouyaté

 

*Conakrylemag.com : Après la promotion de ton livre, as-tu d’autres projets en tête ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Pour le moment. Je réfléchis encore. Mais ce pays me préoccupe beaucoup, donc tant que le mal persiste, mes mots vont continuer à cogner.

 

*Conakrylemag.com : A côté de ça, tu es très actif sur Facebook et Twitter avec ton compte « @PoetByAccident

»,  et du hastag que tu a crée #JeCogneParLesMots parle-nous en un peu…

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

Vous savez la twittérature guinéenne est mature. J’ai eu une aisance à m’y adapter et à être vite accepté par un bon nombre de gens. 4000 followers au total. Pour ce qui est du Facebook, j’ai été têtu pour me maintenir. Il le fallait. Puisque rares sont les gens qui s’intéressaient aux écrits. La majeure partie se limitait à poster des photos et à se lancer des piques. Je peux dire aujourd’hui que je me félicite d’avoir œuvrer à la revalorisation de la poésie grâce à Facebook. Aujourd’hui le hashtag que j’ai créé est utilisé par plusieurs personne. Il s’est tellement encré dans les têtes que d’autres m’appellent « Mister je cogne. »

 

*Conakrylemag.com : Ta citation favorite ?

 

*Elhadj Ousmane Baldé :

« C’est en forgeant qu’on devient fort jeton. » Elle vient de moi. J’ai essayé de saboter la formule « C’est en forgeant qu’on devient forgeron. » Pour moi, le travail seul ne paie pas, il faut un préalable et ce prérequis : c’est le talent. Pour moi, forcer peut nous faire passer pour un rigolo.

 

*Conakrylemag.com : Finalement, est-ce que tu aurais un petit mot pour nos lecteurs ?

 

Allez acheter mes livres. Construisons l’avenir des enfants dans les écoles et dans les bibliothèques pas dans les maquis et dans les discothèques. Le soubassement, le pilier de l’avancée, c’est bien une bonne éducation, que celle-ci soit traditionnelle ou scolaire.

*Conakrylemag.com : Merci

 

Mots pour Maux par Elhadj Ousmane Baldé 1020x1024 - Interview d’Elhadj Ousmane Baldé : jeune auteur, écrivain guinéen et qui se définit comme un poète par accident !

Mots pour Maux par Elhadj Ousmane Baldé

Nous vous invitons à commander le recueil de poèmes Mots pour Maux sur Amazon

Une interview réalisée par kindy Dramé

 

CATEGORIES
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )