votre espace publicite 2018

Les Etats africains invités à miser davantage sur la décentralisation

Les Etats africains invités à miser davantage sur la décentralisation

Le Président du Réseau des villes de l’Afrique du Sud, Sithole Mbanga, a invité les Etats africains à s’investir davantage dans une perspective d’approfondissement de la décentralisation

Cette initiative vise selon à encourager la participation du public et à inciter les citoyens à être plus impliqués dans le développement de leurs communautés, lors d’une rencontre destinée à la préparation du Sommet Africités que l’Afrique du Sud s’apprêtte à abriter dans les prochains jours.

 

Citant son pays en exemple, il a souligné, que « des millions de résidents qui ont été exclus des prestations de services de base pendant l’apartheid, ont depuis été ciblés pour recevoir une prestation de services », grâce au nouveau système de gouvernance locale mis sur pied au début des années 2000.

Selon lui, « l’accès à l’assainissement a été amélioré de 50%, l’eau a été mise à la disposition de plus de 95%; tandis que le nombre de ménages bénéficiant de l’électricité a augmenté de 50% à 86% ».

Les municipalités métropolitaines comme Joburg, eThekwini et Tshwane, a-t-il ajouté, ont « déployé des infrastructures de transport par bus sophistiquées et une connectivité sans fil à large bande à plusieurs pôles ».

M. Mbanga a invité les autorités de son pays à poursuive « le processus de décentralisation des fonctions de l’environnement de construction, tels que les établissements humains et les transports publics pour permettre aux municipalités de distribuer plus efficacement ».

La même invite a été formulée en direction des Médias appelés à « jouer un rôle éducatif pour informer les membres du public sur la façon de participer dans leurs municipalités respectives pour promouvoir le développement ».

L’Afrique du Sud a initié en 2011, avant ses élections locales, un nouveau processus de décentralisation qui a abouti à une rationalisation de ses municipalités passées de 843 avant 2000 à 283 juste après le scrutin.

Un nouveau cadre financier a été mis en place pour garantir au gouvernement local un part du revenu national, ainsi que la mise en place de politiques et de structures de soutien pour habiliter la sphère à fournir des services.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *