Libre opinionPolitique

Libre opinion : La République de Guinée, unie dans la fierté et dans la douleur.

    0
    Manifestation de l'opposition guinéenne à Bambeto
    Manifestation de l'opposition guinéenne à Bambeto
    Mode nuit

    La Republique de Guinée, territoire indépendant depuis 1958 est le déclencheur des mouvements de libération des peuples grâce à son vote historique du 28 septembre. Cette date, sujet de controverses aujourd’hui à cause des clivages entre guinéens est elle un symbole ? Peut on être fier de ce vote ?

    Beaucoup en effet trouvent que cette date n’a servit à rien ( c’est leur opinions) vu notre état de développement lamentable.Seulement je pense qu’il est nécessaire de faire la différence entre l’acte posé le 28 septembre ayant débouché au 02 octobre 1958 et les conséquences de la conduite de notre destin par nous même.

    Ceux qui regrettent ou font semblant de regretter cette date et son contenu doivent savoir que c’est pas le NON à la proposition française qui nous maintient dans la pauvreté. Certes, Sékou avait dit préféré cette pauvreté à la liberté dans l’asservissement, pour signifier au colon que la dignité humaine n’a pas de prix , mais ça ne peut expliquer notre condition actuelle.

    C’est pas parce que nous sommes indépendants que nous sommes pauvres et pitoyables. Parce que bien de territoire d’outre mer encore sous le joug français restent pauvres malgré qu’ils soient français de droit. ça suffit pour expliquer l’avantage d’avoir demandé à être maître de notre destin. Car aucun peuple ne peut se développer en état d’asservissement et le développement commence par la liberté de choisir son destin.

    Alors , pourquoi sommes nous pauvres, malgré notre indépendance recouvrée depuis 1958?
    Pourquoi on arrive pas à amorcer un réel décollage après 61 ans? Pourquoi avons nous du mal à assumer cette souveraineté réclamée et octroyée? Posons nous ces questions pour un diagnostic sérieux de notre retard?

    Nous sommes libres, c’est une fierté. Nous sommes indépendants, merci aux devanciers. Nous sommes pauvres et malheureux, à qui la faute? Ni le NON de 58, ni le 02 octobre ne sont responsables de ces malheureux mais la gestion des retombées ( la liberté et la souveraineté) de ces deux dates est à la base de notre malheur. L’Afrique a eu le malheur d’etre dirigé par des fils indignes, par des tyrans et des sanguinaires, des corrompus et des voleurs, des marionnettes à la solde du colon d’hier.

    Ses fils dirigeants ont manqué et manquent encore de vision, d’ambition et de pitié pour leur peuple.C’est leur gestion qui a mis l’Afrique dans cette situation si déshonorante que la jeunesse regrette l’independance chèrement acquise. C’est un indicateur de la déception des peuples de la gestion de leurs gouvernants. Si une victime réclame le retour de son bourreau, c’est que sa famille n’a pas été à la hauteur de ses espérances.

    Donc au lieu de blâmer les dates symboliques de notre histoires, luttons contre ceux qui nous refusent le sourire, ceux qui nous déçoivent et nous poussent vers le désespoir. C’est sont les vrais coupables, pas les indépendances. La plupart des dragons. D’Asie, des pays maghrébins et ceux d’Orient ont obtenu leur liberté à la même décennie que nous, mais qui sont ils aujourd’hui?

    Le 28 septembre est une date à double sens pour les guinéens, c’est une fierté pour tous à cause du choix de nos parents que nous serons désormais des citoyens et non des sujets du colon. Mais c’est aussi une tristesse par la faute de ceux qui refusent que cette fierté retrouvée se transforme en lueur d’espoir.

    Les mêmes qui ont assujettis nos parents après le départ du colon, sont les mêmes qui ont décidés de souiller nos références historiques, dans le seul but de satisfaire leur soif de pouvoir. C’est sont les mêmes qui sèment le doute aujourd’hui entre nous pour que nous soyons divisés sur nos symboles parce que unis, nous leur ferons barrage et divisés ils l’emporteront toujours. Célébrons nos dates et événements symboliques dans la paix et l’unité. Et recueillons nous ensemble pour marquer notre reconnaissance à nos martyrs et refusons le jeu de ceux qui ne gagnent que lorsqu’on pleure.

    28 septembre 1958, une fierté
    28 septembre 2009, une douleur
    La République de Guinée, unie dans la fierté et dans la douleur.


    conakrylemag Magazine
    Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

    Comments

    Leave a reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    You may also like