C’est une volonté absolue des leaders complexés de rester encore et encore.

    0
    Alpha conde
    Alpha conde
    Mode nuit

    C’est une volonté absolue des leaders complexés de rester encore et encore. Il y a des décennies que nous voyons les mêmes pratiques sur le continent. Lorsque les africains veulent dénoncer, ils dénoncent, mais ils n’atteignent pas tous les objectifs qu’ils se sont fixés. Au Burkina, la société civile a dû brûler le siège du parlement pour empêcher la modification de l’article 37 de sa constitution qui verrouillait le nombre de mandats présidentiels. Blaise Compaoré a dû démissionner quand il a été lâché par une frange importante de l’armée. Il est certes parti, mais il laisse le pays des hommes intègres dans une insécurité totale.


    Patrice Talon pourrait s’en servir dans les prochains jours. Il a déjà essayé. En 2017, il tente de changer la constitution, le parlement s’oppose. Les africains épris de démocratie et qui plaident pour le respect du principe de séparation des pouvoirs, avaient salué cette intransigeance des 83 députés du pays. C’était sans compter que l’avenir réservait des surprises. Deux ans après, l’homme d’affaire, devenu président, organise des législatives sans opposition. Ce mercredi même des élus qui lui sont proches s’installent dans un climat de tensions à Porto-Novo.

    Si derrière, après cette tempête soufflée en partie par Nicephore Soglo et Yayi Boni (ses prédécesseurs), le 8ème Président démocratiquement élu de l’ex Dahomey, aurait la volonté de toucher au même texte, il pourra bien compter sur ses élus à lui. 


    N’est ce pas qu’on connaît ce pays pour étonner. Ces citoyens sont de ceux qui n’ont rien obtenu sur un plateau d’or. Ils sont de ceux qui ont organisé des frondes contre les pouvoirs de leurs pays dans les années 90. Ils sont parvenus à de grands changements et depuis fin 1989, ils sont cités en exemple. Peut être l’alternance continuera à être une réalité. Les Ghanéens ne sont plus à ce niveau de réflexion dans leur vie, ils affrontent les grands défis du moment : équité dans le commerce international, promotion de l’industrie locale, indépendance économique.


    Ce n’est pas un combat facile. Les sénégalais le savent. Ils n’ont pu empêcher Wade de se représenter en 2012, alors qu’il avait passé ses deux mandats à la tête du pays. Mais ils l’ont sorti du palais de la République et réduit les chances de son fils d’y entrer. Cela signifie, qu’on ne peut pas tout perdre si on joue bien. 


    Les opposants togolais ont protesté plus d’une année durant pour obliger Faure Gnassimbé le fils de l’ancien président Etienne, à limiter le nombre de mandats présidentiels à deux. Ils sont parvenus. L’objectif de voir la famille Eyadema loin du pouvoir est loin d’être atteint cependant. La loi n’est pas rétroactive, donc l’actuel président peut encore exercer deux mandats, s’il a la confiance de la majorité de ses compatriotes. L’âge joue en sa faveur, son assise politique aussi.


    Le débat n’est pas clos en Côte d’Ivoire, puisque des changements majeurs ont été apportés à la constitution. 2020 est donc cette année très chargée qui verra les regards du monde tournés vers l’Afrique de l’ouest francophone. La région très en retard qui a baigné depuis plus d’une décennie dans une grave insécurité.

    Le G5 Sahel ne produit aucun résultat et le Bénin s’ajoute à la liste des pays terrorisés par les islamistes radicaux. Pourtant, ce combat pour la stabilité, Talon, Kéita, Ouatara, Kaboré, Condé peuvent le méner.


      0
      conakrylemag Magazine
      Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ...

      Comments

      Leave a reply

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.