A LA UNEJustice et DroitLibre opinionPolitique

Inutile donc de chercher des boucs émissaires. Ils ont été pris la main dans le sac

Il ne faut surtout pas s’y méprendre : s’il y a bien des gens qui manquent d’empathie et de compassion pour les pauvres populations meurtries, s’il y a bien des gens en exemple qui bâtissent leur réputation sur le malheur de ces pauvres gens, c’est bien ces hauts cadres du ministère des Transports et des infrastructures qui, par leur incompétence, leur manque de vision, leur insouciance, leur propension à la corruption, au clientélisme, au détournement et au pillage systématique des ressources nationales, ont condamné ces pauvres gens et le pays entier à ce triste sort.

Oui, c’est bien eux qui sont dans la course effrénée pour le confort matériel indu, eux qui sont dans la course effrénée pour l’acquisition de biens immobiliers insultants avec l’argent du contribuable détourné, pendant que des Guinéens manquent souvent même du strict minimum vital.

Oui, les populations meurtries souffrent beaucoup plus de cette insouciance funeste, de cette ignominie que de toute autre chose.
Inutile donc de chercher des boucs émissaires. Ils ont été pris la main dans le sac et sont devant l’instruction judiciaire qui décidera de leur sort. Tous, tant qu’ils sont. De la résolution et du traitement de ce flagrant délit de corruption détermineront l’avenir du sérieux dans la croisade contre les détournements de deniers publics.

A LIRE >>  nous ne pouvons mieux nous définir que par notre utilité sociale

Dans cette affaire, toutes les têtes, je dis bien toutes, de l’hydre budgétivore qui sévit au ministère des Transports et des infrastructures sont saisies. Il suffit tout simplement de les découper. Au moins pour l’exemple !

Abdoulaye Sankara Abou Maco journaliste écrivain et professeur

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.