A LA UNELibre opinion

Mais en dépit de tous les reproches et critiques qu’on peut lui faire, la CRIEF demeure un outil très utile, au moins, en terme de symbole et de volonté de traquer les bandits à col blanc.

L’expression  » jeter le bébé avec l’eau du bain » signifie en quelque sorte « se débarrasser totalement une chose sans tenir compte de ses aspects positifs ou bénéfiques. » Cette expression pourrait bien s’appliquer à la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF).Pendant plus d’un quart de siècle, la gestion de la chose en Guinée été une véritable catastrophe.L’enrichissement illicite à travers le vol, la corruption, la concussion, le détournement de deniers publics, la surfacturation, les fausses factures ont été quasiment érigées en normes. Des commis de l’État, au lieu de servir l’intérêt général, se servaient plutôt de leurs fonctions ou positions pour s’enrichir

Les crimes économiques et financiers se succédaient d’un régime à un autre. Les opposants en particulier ne rataient aucune occasion de dénoncer ces fléaux en appelant à une meilleure gouvernance économique.

La création de la CRIEF, au lendemain du 5 septembre, apparaît dans une certaine mesure comme une réponse à la problématique de la moralisation de la gestion publique.

En 2010, la constitution prévoyait déjà que les crimes économiques sont imprescriptibles. Les textes relatifs à la création de la CRIEF n’ont fait que reprendre cette règle. C’est dire combien la délinquance économique et financière était et reste encore une préoccupation.

A LIRE >>  GUINÉE: L'OFFRE MÉDIATIQUE PLOMBÉE PAR LA DICTATURE DU POLITIQUE

Voilà la raison fondamentale pour laquelle presque tout le monde a applaudi la création de la CRIEF.

Aujourd’hui, encore, ils sont sans doute des millions de guinéens qui croient que la création de la CRIEF est l’une des meilleures initiatives de la junte militaire.

Si cette juridiction fait l’objet de nombreuses critiques actuellement et est perçue par certains comme un instrument de réglements de compte et d’élimination d’acteurs politiques sous le prétexte d’un prétendu renouvellement de la classe politique, c’est en raison de quelques-uns de ses choix. Le fait par exemple d’avoir « déterré » des dossiers vieux de plus de vingt ans alors qu’il en existe d’autres plus récents et dont les éléments sont plus faciles à trouver a créé des suspicions quant aux réelles motivations de la CRIEF. Par ailleurs, la gestion procédurale et médiatique de certains dossiers a fini par convaincre d’autres citoyens que tout n’est pas parfait dans son fonctionnement.

Mais en dépit de tous les reproches et critiques qu’on peut lui faire, la CRIEF demeure un outil très utile, au moins, en terme de symbole et de volonté de traquer les bandits à col blanc. L’échec de cette juridiction sonnera comme celui de la lutte pour une gestion plus vertueuse de la chose publique. C’est pourquoi, les magistrats de la CRIEF doivent prendre conscience de leur responsabilité historique- le mot n’est exagéré- en vue de mener à bien la mission qui leur est confiée.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications OK Non merci.