A LA UNELibre opinion

Pour des raisons politico-ethniques ou pour des questions d’intérêt, quand vous dénoncez une malversation financière, c’est vous qui êtes le diable.

Pour des raisons politico-ethniques ou pour des questions d’intérêt, quand vous dénoncez une malversation financière, c’est vous qui êtes le diable.
Pour les mêmes raisons, quand vous dénoncez une injustice, un cas de violation des droits de l’homme, c’est vous qui êtes le démon.

Quand vous attirez l’attention sur des délits économiques ou financiers, vous êtes un jaloux, un envieux. On dit que si vous étiez dans la même position, vous feriez la même chose.

Avec une telle mentalité, les notions de bonne gouvernance ou de gouvernance vertueuse continueront à être vides de sens. Les belles formules comme « gouverner autrement » et les actes qui les accompagnent resteront lettres mortes.

Dans notre société, ils ne sont pas nombreux ceux qui prennent le risque de dénoncer un fait ou un acte répréhensible ou de témoigner contre l’auteur d’un tel fait ou acte. Car nul ne veut être considéré par les proches et amis d’une personne dénoncée comme « la cause de son malheur ». Si en plus, on risque de se faire « lyncher » dans les médias par une meute de soutiens pour avoir dénoncé  » le bienfaiteur », on finit par faire comme les trois singes : ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. En fin de compte, on a plus qu’un souci : prendre sa part et se taire comme tout le monde en se disant, pour soulager sa conscience, qu’on ne peut pas combattre seul des pratiques profondément enracinées dans notre société.

A LIRE >>  Les adversaires du projet de changement de constitution avaient toutes les raisons de ne pas abdiquer

Ainsi, peu à peu, se développent toutes les formes d’atteintes à la chose publique et tous les autres travers.
D’ailleurs, les plus malins s’arrangent toujours à faire quelques largesses à l’endroit de notables, de religieux, de groupes de femmes et de jeunes pour s’assurer leur soutien au cas où ils seraient épinglés par des enquêtes judiciaires ou administratives.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les infractions économiques ne sont que très rarement punies dans notre pays car les procédures y afférentes ne vont presque jamais jusqu’au bout.

Et ces actes antivaleurs ne risquent pas de disparaître facilement et de sitôt car ils reflètent une certaine mentalité bien établie. Ce sont des pratiques qui sont tolérées et voire encouragées dans une certaine mesure par notre société. Très malheureusement. Pour vaincre ce phénomène, il faut une réelle volonté politique et surtout le courage de déplaire dans les prises de certaines décisions.

Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

conakrylemag

Information à la Une en Guinée : l'actualité et l'information en direct sur conakrylemag.com. Infos politiques, internationales, économiques, ... Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook ou via le bloc commentaire. N'oubliez pas de partager nos articles merci ! Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à conakrylemag.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 620 17 89 30 en Guinee en France +33 98485752

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Activer les notifications    OK Non merci.